Menu

Des batteries au plomb qui seront moins polluantes

La batterie dans nos voitures stocke encore 96% de l’électricité de nos voitures. Sans elle, impossible de démarrer, d’allumer ses phares ou même descendre ses vitres ! Cependant jusqu’à aujourd’hui, cette électricité a toujours été stocké dans des batteries au plomb, jugées nocives pour l’environnement.

Un nouveau procédé, inventé par l’entreprise Californienne AquaMetals s’apprête à mettre fin à ce désastre écologique. Jusqu’à présent, pour « recycler » ces batteries, on utilisait une technique, vieille de 6000 ans extrêmement polluante : on chauffe le métal à des températures proche des 1000 degrés, dégageant des gaz à effet de serre et des poussières toxiques. C’est d’ailleurs la raison de fermeture de nombreuses fonderies américaines qui n’arrivaient plus à respecter les nouvelles réglementations environnementales mondiales.

Situé à quelques kilomètres de la GigaFactory, l’immense usine qui sera ouverte par la société Tesla, produisant les nouvelles batteries de ses voitures, la société AquaMetals reste très discrète sur son nouveau procédé de traitement des batteries à plomb. Mais à en juger par son cours de bourse et ses récents investissements (10 millions de dollars de l’Interstate Batterie, le numéro un américain du recyclage de batterie), la technique à l’air prometteuse ! Elle espère avec son système de recyclage de batterie basé sur un processus électrochimique (faisant monter les matériaux à seulement 40 degrés) réduire drastiquement les émissions de ses compatriotes. Trois nouvelles usines sont également à l’étude sur le sol américain.